Ce site Web utilise des témoins de connexion. Vous devez accepter notre politique de confidentialité pour poursuivre la navigation.

En savoir plus Accepter

Les contenus suivants sont en anglais seulement

Retour au schéma

Histoire de la marque 02Le développement et le succès
d'une police unique

Scroll

Une demande issue d'une société
Américaine débouche sur un nouveau challenge
et la fabrication d'un nouveau produit

C'était en 1956 que Max Hugel, P.D.G. de Brother International Corporation (U.S.A.), société de ventes américaine, a demandé le développement d'une machine à écrire portable; "Nous souhaitons que vous developpiez ce produit à fort potentiel pour notre marché".

À cette époque-là, la machine à écrire était un objet nécessaire au sein des bureaux Américains. Par contre, les machines à écrire portables étaient issues de l'importation Européenne. Hugel voulait entrer dans ce marché. Pour répondre à cette attente, Masayoshi Yasui, P.D.G. de Brother a décidé de développer une machine à écrire portable en 1958.

Le développement de la machine à écrire était un domaine inconnu pour Brother, mais il fallait tout de même réaliser un produit de meilleure qualité face aux concurrents, dans la mesure où entrée de Brother était tardive sur ce marché. Une équipe spéciale de projet organisée dans le département d'ingénierie a procédé à plusieurs études en analysant les produits de certains fabricants occidentaux. La conclusion de l'équipe était que la réalisation d'une machine à écrire ne serait pas très difficile en utilisant la technologie et expérience acquises avec les machines à coudre et à tricoter. Par contre, la fabrication de la "typo", pièce destinée à imprimer des caractères, était un vrai obstacle.

La première machine à écrire et les challenges
rencontrés au cours de sa conception

La qualité des polices définissent la qualité d'une machine à écrire. Les polices imprimées, les plus fines étant de 0,04 mm, nécessitent des composants particulièrement précis. Masayoshi Yasui a choisi de continuer à développer des machines à écrire en interne. Il a appliqué la technologie connue sous le nom de "Presse de frappe" et a continué à progresser, sans réussir pour autant à imprimer du texte avec des bords fins.

Un jour, Jitsuichi Yasui (le vice-président) s'est inspiré du hinamochi, une collation traditionnelle japonaise faite de poudre de riz mélangée et d'eau au sein d'un moule à bois. Comme forcer le mochi dans le moule ne remplissait pas les coins, une pression physique, appliquée à la main, était nécessaire.
En appliquant la méthode de fabrication du hinamochi, il est devenu possible de réaliser des polices aux angles nets. En mai 1961, la première machine à écrire portable alphabétique de Brother [JP1] est sortie, avec des polices inégalées.

Presse de frappe et matrice de typo
Presse de frappe et matrice de typo
Presse de frappe et matrice de typo

Presse de frappe et matrice de typo

Établir Brother comme la marque de référence
pour les machines de bureau,
et l'accélération de la croissance sur les marchés étrangers

La machine à écrire développée en interne "JP1" a été vendue pour 50 dollars, tandis que les produits américains possédant les mêmes fonctions étaient vendues pour 70 dollars. La machine rencontre un franc succès aux Etats-Unis et les commandes ne cessent d'augmenter.

Après le succès du "JP1" aux États-Unis, le produit a également commencé à être exporté en Europe. Brother a pu s'établir sur le marché américain avec le slogan "Brother, pour les machines de bureau".

Dix ans après la sortie de JP1, la machine à écrire de Brother a été exportée dans plus de 100 pays en 20 langues différentes. En outre, le passage des machines à écrire régulières aux machines à écrire électriques a permis de modifier les polices, domaine dans lequel Brother offrait une grande variété.
De cette manière, Brother a développé sa position sur le marché des machines à écrire. A mesure que les temps changeaient, la machine à écrire a cédé la place aux imprimantes et aux traitements de texte. En mai 2016, la production de machines à écrire s'est achevée.

Machine à écrire exposée dans une salle d'exposition en France

Machine à écrire exposée dans une salle d'exposition en France

De la machine à écrire à l'imprimante laser
Transmission de l'amour pour la typo

Les polices imprimées développées pour la machine à écrire étaient principalement développées en interne. Brother a su exploiter à nouveau ces polices en les appliquant à d'autres produits, plus modernes.

En 1987, la première imprimante laser de Brother [HL-8] apparaît. Elle a été à la fois bien accueillie sur le marché et élue "Choix des éditeurs" dans "PC Magazine". Certaines des polices installées dans cette imprimante ont été initialement développées pour les machines à écrire, puis perfectionnées pour être appliquées aux imprimantes laser.

À l'époque, l'impression depuis un ordinateur transmettait uniquement les informations suivantes: le nom de la police, la taille et la chaîne des caractères. L'imprimante traitait quant-à-elle les différentes polices de façon autonome.

Imprimante d'étiquettes, machine à coudre, karaoké...
L'importance des polices de caractères intégrées au sein de divers produits

Les polices de Brother ne concernaient pas seulement l'alphabet occidental, mais aussi les caractères japonais (contenant près de 8 000 caractères différents). Les polices ont été appliquées aux imprimantes d'étiquettes, aux machines à broder, etc.

JOYSOUND CROSSO, une machine de karaoké à usage commercial développée en 2009, a été installée avec la police originale de Brother, ce qui a eu pour effet de rendre la lecture des paroles plus agréable. L'utilisation pratique s'est ensuite étendue aux écrans tactiles, aux multifonctions et aux machines à coudre.

La police des machines à écrire développée grâce à l'implication des équipes. Un savoir-faire qui perdure au sein de nombreux produits, même si les machines à écrire ne font plus partie de la gamme.

Partager cette page